Alliance AWO


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les Chroniques de Félicie: L'espoir de Rohonde.

Aller en bas 
AuteurMessage
Jason

avatar

Nombre de messages : 894
Age : 27
Rang : Bâtisseur de mondes
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Les Chroniques de Félicie: L'espoir de Rohonde.   Mer 16 Avr 2008, 16:02

HRP/ Voilà le début de RP promis ! C'est juste une petite mise en bouche en attendant qu'il soit rédigé. N'ésitez pas à laisser vos impressions sur ce prologue qui à peut-être encore quelques modifications à recevoir !

Faites vous plaisir !!!/HRP

Les chroniques de Félicie : L’espoir de Rohonde




Prologue : La peur des anciens.



Pourquoi a t-il fallu que nous en venions là ? Pourquoi a t-il fallu que nous nous levâmes en ce jour funeste ? Comment justifier cette peur qui s’est emparée de nous ? Nous pensions bien faire pourtant. Les astres nous avaient avertis, les signes ne pouvaient avoir été mal interprétés. Cependant, remplis de notre arrogance et de nos peurs, nous les avons niés. Au point d’en oublier notre nature profonde. Cette guerre nous paraissait primordiale. Nous pensions être en droit de ramener par la force la paix et l’amour sur le continent de Félicie. Mais, la violence appelle la haine et la colère qui ne sont que les dérivés des peurs les plus cachés et réprimés. Nous l’avions oublié… Les plus grands Maîtres Druides nous avaient mis en garde contre ces peurs. Nous avons renié leurs avertissements. Nous avons fait pire encore. Ils avaient annoncé le retour de la lumière au sein des peuples, la simple transmission de la parole sacrée aurait suffi, et nous les avons chassés.

Nous étions aveuglés par la haine que nous portions à ce peuple maudit. Nous avons levé une armée et marché sur leurs terres, afin de ramener la lumière. Cependant, sans le savoir, nous étions en train de générer un avenir encore plus sombre et maléfique, avec pour résultat, la recrudescence de la parole sacrée.

Ce matin là, nous n’aurions pas dû nous lever, nous n’aurions pas dû sortir les armes. Nos cœurs enchaînés auraient dû se libérer, et la véritable foi nous éclairer. Et malgré cela, nous nous sommes placés dans la plaine, tel un océan d’acier. Nous aurions mieux fait d'orner nos épées de fleurs, plutôt que de les aiguiser. Nous aurions mieux fait de lustrer nos armures afin qu’elles reflètent les rayons du Soleil et illuminent le cœur des âmes égarées. Plutôt que de hurler nos chants de guerre, nous aurions dû entonner un hymne à la joie.

Et pourtant, nous avons sonné la charge, crié notre haine avant de saigner un peuple pour satisfaire notre ego. Cette bataille aura été la pire de ma toute ma vie. Tandis que ma lame fendait les crânes avec ardeur, mes sens captaient toute la folie et l’horreur. Le sang volait dans le ciel comme une douce pluie d’été avant de retomber tel la mort, les cris se bousculaient contre mes tympans, me suppliant de mettre fin à leurs tortures. Le sol s’était teinté de rouge et d’argent, je sentais la haine et la peur partout autour de moi. Je ne saurai vous dire combien de temps l’affrontement dura, mais je peux vous dire que pour moi, tout s’est fini brutalement. Ma lame qui jusqu’alors tranchait les membres, brisait les armures et s’ornait de sang, s’est stoppée dans sa course effrénée, faute d’adversaire. Mon cœur n’a fait qu’un bond. Etais-je mort ? Mon regard fit rapidement le tour de la scène : Il n’y avait plus d’ennemis, j’étais debout, seul, au milieu des cadavres, avec au loin les voix de mes compagnons qui raisonnaient dans mon crâne, à présent vide.

Nous avions gagné. Mais à quel prix ? Combien d’êtres étaient tombés par la faute de notre folie ? A ce moment là, toute l’ampleur de nos actes prit place en mon esprit. Les larmes jaillirent de mes yeux pour ne plus s’arrêter. Ma peine était si grande que je ne pus me résoudre à pardonner ces actes. Mes compagnons ne me comprirent pas, ils s’en fichaient, la guerre était finie. Pour eux, là où je voyais une expansion du mal, la lumière avait triomphé. Mais la volonté de pouvoir et de domination rattrapa bien vite les cœurs dirigeant. Qui allait hériter de ce nouveau territoire ? Qui allait devenir maître de l’ancien empire noir ?

La discorde s’installa entre les peuples et les espèces. Les elfes de Torenn voulaient laisser ces terres aux soins de leurs habitants. Tandis que ceux d’Ymenzia voyaient la nécessité de les rattacher à un pays voisin pour garder un œil sur leur évolution. Les humains de Rohonde prirent le parti des elfes d’Ymenzia, simplement pour contredire les nains qui voulaient annexer ces terres riches en minéraux, tel le fer. Les soriens se retirèrent rapidement des négociations sans faire d’histoire et retournèrent dans leurs forêts. Les humains de Bastidolia revendiquèrent, eux, ces terres comme étant les leurs. La crise entre les dirigeants fut grande et violente. L’alliance fut dissoute et chacun s’accapara un petit bout de l’ancien empire.

Devant cette catastrophe, je m’empressai de réunir les derniers êtres susceptibles de continuer à croire en l’alliance. Et nous priment possessions d’un des territoires convoités, l’Archipel d’Estolia, et le déclarèrent bastion de l’ancienne alliance. Parmi nous, des elfes, des humains, des soriens et des nains prêts à cohabiter pour la survie de la lumière.

Nous survîmes aux attaques enragées et à la colère. Rebâtir : telle était notre nouvelle conviction. Sauver : notre seul espoir. Estolia devint le modèle du monde que nous avions rêvé. Nous fermâmes au reste du continent nos îles et adoptèrent la position que nous aurions dû prendre dès le premier jour. Le mystère fut choisi pour devenir notre complice…

J’espère que les générations futures nous pardonneront nos erreurs et deviendront les nouveaux porteurs de l’espoir…


Dernière édition par Iaseld le Lun 21 Avr 2008, 10:13, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jason

avatar

Nombre de messages : 894
Age : 27
Rang : Bâtisseur de mondes
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Félicie: L'espoir de Rohonde.   Mer 05 Nov 2008, 17:22

HRP/ Voilà la première partie du chapitre 1 (enfin). Faites vous plaisir.

Je n'ai pas encore corrigé toutes les maladresses mais ne vous inquiétez pas, ça va venir !

EDIT: N'ésitez pas à laisser vos impressions ou à la suite ou par MP/HRP


Chapitre I : Le nouvel échiquier.




Joshua était exténué, ses forces le quittaient, la mort était proche, prête à l’emporter. A genoux à côté de son maître qui baignait dans son sang, il tentait tant bien que mal de reprendre sa respiration tandis que martelaient, le long de ses tempes, les assommants battements de son cœur affolé. Son adversaire était bien trop puissant et il ne comprenait toujours pas comment il avait pu tenir si longtemps, alors qu’était déjà tomber chacun de ses compagnons. Joshua, dans sa léthargie d’épuisement, sentait le regard rouge sang du guerrier noir posé sur lui, il jubilait de cette force et de cette domination sur sa proie. Un plaisir sadique, sans remord, que seul les démons possèdent. Il était grand, recouvert d’une armure noire, un regard perçant et haineux émanait de son casque aux grands piques et il tenait une immense hache à deux têtes en acier nain gravé, seule chose qui ne soit pas noir.

Joshua se sentait pris au piège. Il avait été désarmé par le démon juste avant d’être projeté sur son maître. Il n’avait aucun moyen de récupérer son épée figée dans un des piliers, témoignant de la grandeur passée du temple en ruine qui fut érigé bien des siècles auparavant. Le poignard qui tenait désormais dans sa main gauche lui paraissait dérisoire. Il finirait peut être l’affrontement en brave, mais il allait mourir et, quand on est mort, il n’y a plus de gloire, ni de bravoure. Tout était fichu, plus rien n’importait, bientôt la hache s’abattrait sur lui et il ne pourrait rien faire. Pourtant, une petite voix le persuada de se relever que tout n’était pas perdu. Joshua puisa alors dans ses toutes dernières réserves d’énergie pour se remettre sur ses jambes, son souffle se fit bruyant, chargé de toute sa détermination. -Mourir pour mourir, autant mourir en ayant fait de ses derniers instants un moment de vie-, pensa-t-il.

Le guerrier noir continuait de le fixer d’un regard amusé, jouant de sa hache pour fendre l’air. Il jouissait de ce combat que lui offrait le jeune humain. Tant de résistance acharnée malgré le désespoir de la cause, lui conférait une immense sensation de puissance. Il regarda une dernière fois la scène insolite du jeune homme aux yeux si étrange et il lança ce qui devait être l’ultime frappe, mettant fin à l’affrontement. Cependant, le corps de Joshua ne l’entendit pas de cette manière, il détourna la hache, avec la lame du poignard dans un mouvement d’une grande complexité, qui vint fendre le sol à quelques centimètre de lui. Il n’était plus vraiment le maître de ses mouvements, et il s’étonna de cette soudaine force. Surpris, le guerrier ne vit pas le poignard entamer en des plaques de son armure, sa chair, ce qui le fit lâcher un hurlement de rage. La colère qui l’envahit alors le redit incontrôlable. Sa hache se leva pour s’abattre en direction de Joshua qui l’évita avec aisance. Le poignard du jeune homme continua son travail mortuaire, transformant le guerrier en une bête de folie.

Les coups se mirent à pleuvoir et bientôt, la surprenante agilité de Joshua ne suffit plus face à la force destructrice du démon, ce qui indéniable finit par aboutir à la défaite. Joshua fut projeté dans les airs par un coup de poing puissant et, profitant de cet instant de vulnérabilité, le guerrier noir lui asséna un puissant coup de hache qui ouvrit une plaie dans son dos du bassin à l’épaule droite. L’éclair de douleur qui parcouru les corps de Joshua lui fit lâcher un hurlement phénoménal.

Il retomba sur le sol avec le bruit dans vieux sac qu’on jète sans attention, à demi-mort. Son souffle était rauque, sans aucune conviction, il fit l’effort de se mettre sur le ventre pour tenter d’atténuer sa souffrance. Mais tout ce qui changea c’est qu’il pouvait ainsi goûter à son sang. Ses gémissements de douleur se firent de plus en plus fort, il ne tenait plus, cela le rendait fou, il allait céder, mais céder à quoi, pas à ça, pas maintenant, pas si prêt de la mort. Mourir était plus doux que de devenir son pantin.

Un nouvel éclair de douleur parcouru sa plaie, ce qui le fit hurler plus fort que jamais. C’était le démon qui maintenant s’amusait à labourer son dos du pied, accompagné d’un rire sadique. Joshua se tordait de douleur, s’était insupportable, intenable, il hurlait à l’agonie, et sa raison le quittait peu à peu.

« -Je t’en prie sauves -moi, supplia-t-il d’un souffle. Sauves-moi de ça ! »

Et ses cris reprirent. La souffrance semblait, elle aussi, jouer avec lui. C’est à cet instant qu’Il décida de se manifester, d’enfin intervenir.

*Tu as enfin compris, fit la voix glaçante à l’intérieur de sa tête. Tu es prêt à me libérer, nous verrons si part la suite tu survivras à l’épreuve. *

Un vent de fureur souffla les ruines, faisant voler les fougères et mousses. Puis il devint tempête, les poussières firent disparaître le corps du jeune homme aux yeux du guerrier. Bientôt, la violence aérienne obligea l’être noir à se protéger des particules transformer en un millier de fin couteaux. Le doute l’envahit pour la première fois. Que se passait-il ? Comment la situation pouvait-elle lui échapper ?
Un puissant coup vint le heurter au niveau de l’abdomen le pliant en deux, fendant l’opacité de l’air. Le temps de comprendre, un second fit voler en éclat son casque, le troisième lui brisa le bras. La peur sombre et perverse grimpa en lui. S’efforçant de la rejeter, il prit sa hache de son bras valide pour éliminer ce véritable danger.
Mais rien n’y fit.
Il brassait l’air.
Prenant de plein fouet chacune des offensives de son adversaire. C’en était déjà finit de lui, il le savait mais continua.
Un coup.
Une dent.
Le goût du sang.
De son propre sang.
Un cri de haine.
Le rire de l’autre, plus froid que le sien, plus machiavélique. Pire que des poignards, il le déchirait de part en part, anéantissant le peu d’esprit qu’il possédait. Lui, un démon vaincu par un gamin, c’était impossible.
Tout n’était plus que folie.
Comme en réponse, une dague transperça la plaque de son armure pour entamer la chair de son épaule.
Par réflexe, il réussit à attraper la main qui tenait l’arme, pouvant ainsi voir le jeune homme. Ou plutôt ce qui y avait à la place. Sa silhouette apparaissait floue, entourée de flammes noires immatérielles, ses yeux indigos avaient pris une tente sombre, sans profondeur, presque inexistante.


« -Lâches-moi ! » menaça le garçon d’une voix glaçante au bord de l'irréel.

Il l’avait dit sans force mais avec une telle haine que le guerrier sentit son corps frémir.

« -Misérable ! Je ne prête généralement pas intérêt aux créatures de ton espèce. D’ordinaire, je ne prends même pas la peine de vous tuer, mais pour toi je vais faire une exception. Tu vas payer ce que tu as fait, abîmer à ce point ce corps est impardonnable. Je vais te faire souffrir plus que tu n’as fait souffert durant ton existence. »

« -Et avec quelle force comptes-tu y parvenir ? » demanda le démon avec une pointe d’ironie.

« -Avec celle-là ! »


Dernière édition par Iason le Mer 05 Nov 2008, 19:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SMR559

avatar

Nombre de messages : 416
Age : 35
Date d'inscription : 02/08/2008

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Félicie: L'espoir de Rohonde.   Mer 05 Nov 2008, 17:48

cela a du caractère...
une approche très bien imagée...
Un jour peut être un film tu réaliseras:Stargate1:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GILLESIMPEGA



Nombre de messages : 54
Date d'inscription : 02/10/2008

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Félicie: L'espoir de Rohonde.   Jeu 06 Nov 2008, 18:21

C'est un tres beau prologue, j'adore l'imagerie félicitation

par contre j'accroche un peu moins sur le chapitre 1... mais peut etre parce que je suis fatigué, je le relirai tout ca plus tard...

Mais néanmoins, c'est très chouette de ta part de nous faire parvenir tes écrits...

Continue comme ça....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Afroskull

avatar

Nombre de messages : 1872
Age : 24
Rang : Conseiller AWO_L à la retraite... "^^
Date d'inscription : 30/10/2007

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Félicie: L'espoir de Rohonde.   Jeu 06 Nov 2008, 22:48

Blanc sur noir fatigue les yeux... (déja qu'ils sont fatigué comme ça les miens)
mais un squelette n'a pas de yeux... hahahaha!

Très bon RP thumright thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://error-67.skyrock.com
Hell

avatar

Nombre de messages : 604
Age : 26
Rang : lieutnant colonel
Date d'inscription : 11/11/2005

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Félicie: L'espoir de Rohonde.   Ven 07 Nov 2008, 14:42

pas mal du tout...
mais je trouve que tu pourrai faire respirer ton texte un peu plus tout s'enchaine trop vite, sans vraiment de description... en tout cas dans la premiere partie, la fin est geniale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malboro

avatar

Nombre de messages : 44
Age : 27
Date d'inscription : 09/11/2008

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Félicie: L'espoir de Rohonde.   Dim 09 Nov 2008, 19:42

pas mal du tout !! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Chroniques de Félicie: L'espoir de Rohonde.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Chroniques de Félicie: L'espoir de Rohonde.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alliance AWO :: ADMINISTRATION GENERALE :: Place publique :: Café Barret :: Section RP-
Sauter vers: